Tout investissement, dont l’entreprise va se servir pour développer son activité, qu’il soit neuf ou d’occasion, constitue ce qui est comptablement appelé une « immobilisation ».

Il existe trois catégories d’immobilisations qui dépendent de la nature des investissements concernés.

Ainsi, le fonds de commerce ou le droit au bail font partie des immobilisations incorporelles. Les immobilisations corporelles comprennent les véhicules, le matériel ou l’outillage. Les prises de participation dans d’autres sociétés ou les cautions versées par l’entreprise constituent les immobilisations financières.

Les immobilisations se retrouvent, à la fin de chaque exercice comptable, dans le bilan et feront l’objet d’un amortissement dont la durée dépend de l’élément concerné.