Aucun dirigeant d’entreprise, quel que soit son régime social, ne peut bénéficier de l’assurance chômage, en cas de cessation d’activité.

En effet, qu’il soit TNS comme le gérant majoritaire de SARL ou l’exploitant d’entreprise individuelle, ou bien « assimilé salarié » comme le président de SAS, le dirigeant ne cotise plus à un régime d’assurance chômage et se retrouve sans couverture, en cas de difficultés.

Le seul moyen d’y remédier est de souscrire volontairement, une assurance « perte d’activité », proposée par des organismes privés, comme la Garantie Sociale du chef d’entreprise (GSC).

Ce type d’assurance garantit le maintien d’un certain niveau de revenu, pendant une période définie, pouvant aller de 12 à 24 mois.

Elle permet au dirigeant de percevoir une indemnité de perte d’activité, calculée sur la base des revenus antérieurs perçus. Les cotisations versées entrent dans le cadre de la déductibilité fiscale, des cotisations relevant de la loi Madelin.